Comment vivre de son site internet ? Comment créer sa boutique en ligne ? Comment monétiser au mieux un site web ? La plupart des articles traitant du numérique vous auront prévenu(e). Il ne faut pas croire que c’est facile de vendre sur internet, de vivre de son site internet. 

L’idée selon laquelle on peut faire fortune les pieds croisés sur un tabouret tout en pianotant sur un clavier est une illusion. La presse économique nous l’a rabâché. De même qu’elle nous informe tous les jours des nouveautés de la transformation numérique.

Si vous lisez ces quelques lignes, c’est que vous vous posez également la question. Comment profiter des multiples opportunités offertes par notre ère internet ? D’un côté, nous savons bien que le succès n’arrivera pas facilement. D’un autre côté, notre intuition nous dit que c’est bien dans cette direction qu’il faut aller. Comment alors réussir à vivre de son site internet et éviter les désillusions ?

Ce n’est pas facile de vivre de son site internet car ce n’est jamais facile de créer sa société. Aujourd’hui, on estime que plus de 90% des start-ups dans le monde échouent et finissent par mettre la clé sous la porte. Ce chiffre peut décourager comme il peut mettre du baume au cœur.

Comment être dans les 10% ?

Etre dans les 10%, est-ce mission quasiment impossible ? Dans les 10%, combien arrivent vraiment à générer de beaux revenus ? 1% ? Moins ? Mais si plus de 90% échouent, alors cela signifie que si ça ne marche pas tout de suite, et bien c’est au final également le cas de 90% des gens qui ont tenté l’aventure de l’entreprenariat. Le tout est de persévérer, de ne pas baisser les bras et de beaucoup travailler.

Comment réussir à vivre de son site internet ?

Quel produit va-t-on vendre ?

.

Mettre en place un marketing de qualité et un site internet techniquement au point peut prendre du temps. Cela peut même être très onéreux si on décide d’externaliser certaines tâches : études de marché, sourcing, infogérance, référencement naturel, développement web, etc. 

Mieux vaut donc passer beaucoup de temps sur la conception du produit, quitte à l’abandonner si l’on s’aperçoit qu’il ne trouvera jamais son marché. La pire erreur serait de persister pendant des années sur un produit qui de toute façon ne se vendra jamais. Bref, lâcher la proie pour l’ombre.

Il existe une expression en anglais très utile pour comprendre la bonne démarche à adopter : « Pivot or Persevere ». C’est très simple : soit l’idée a du potentiel et dans ce cas là il faut persévérer ; soit l’idée ne mènera à rien et il faut pivoter, c’est-à-dire l’abandonner. 

Plus vite on comprendra qu’une idée doit être abandonnée, plus on augmentera nos chances de succès par la suite. C’est le paradoxe. C’est surtout une question d’optimisation des probabilités, au sens mathématique du terme.

Il existe différentes méthodes pour tester une idée dans l’optique de pouvoir vivre de son site internet. La méthode classique, c’est l’étude de marché. On réalise d’abord une étude quantitative auprès d’un échantillon représentatif avec une multitude de questions. On débroussaille les points clés. Puis on réalise une étude qualitative, telle qu’un focus group. 

Attention à la multitude des biais compris dans ces méthodes. On obtient souvent les résultats que l’on souhaitait dès le départ. Tout marketeur sait cela parfaitement : les études prennent généralement la forme de leur commanditaire puisque leur objectif est de servir leur intérêt avant tout.

Pour tester son idée de produit, il ne faut pas hésiter à parler de son projet à son entourage, même s’il existe à ce sujet différentes écoles. Certaines personnes diront qu’il ne faut surtout pas divulguer une idée business au risque de se la faire voler. D’autres au contraire diront que sans aucun feedback, il sera difficile de mettre sur pied quelque projet. D’où l’intérêt de mener sa petite enquête avant de se lancer.

vivre de son site internet_idea

La question du marché est également capitale. Grosso modo, on peut présenter les choses de façon binaire : soit le produit entre en concurrence avec d’autres produits (un marché existe déjà) ; soit il s’agit d’un tout nouveau concept de produit qui épouse le marché qu’il crée. La réalité est généralement évidemment toujours bien plus complexe que cela.

Etude ou pas étude, enquête ou pas enquête, dites-vous bien une chose : il existe un gouffre entre les intentions d’achat d’un individu (entre ceux qui disent : « oui, bien sûr, j’achèterai(s) ce produit ») et l’acte d’achat lui-même de tout individu (et ceux qui vont vraiment sortir leur carte bleue). 

Peu de gens ont vraiment les moyens des achats qu’ils disent pourtant vouloir effectuer. Ce gap est rarement détaillé dans les analyses pour des raisons purement intéressées. Il vaut mieux présenter des résultats avec 10% d’intentions d’achat qu’avec 1% d’achats réels en perspective, voire moins. Cela pourra être une piste de réflexion lorsque vous vous apercevrez d’écarts impressionnants entre la théorie annoncée et la réalité pratique des vrais résultats chiffrés.

Ces réflexions vous amèneront naturellement à la question du business plan. Là aussi, pour schématiser, il existe trois courants de pensée principaux :

  • Ceux qui disent que c’est indispensable
  • Ceux qui disent que cela ne sert à rien
  • Ceux qui disent qu’il doit exister mais être modifié en permanence

Mon avis, c’est qu’il faut se lever chaque matin en décortiquant son business plan, pour mieux le reformater, en fonction des priorités et des impératifs du moment. L’idée de la boussole est intéressante : on sait où on veut aller, il faut donc garder le cap avec les moyens du bord. Un entrepreneur ressemble à un gladiateur : il fait au mieux avec l’arsenal dont il dispose. Face à lui, les multinationales et les moyens dont elles disposent forment des armadas.

Lorsqu’on analyse les success stories récentes dans le net, on s’aperçoit que beaucoup ont été rendues possible grâce à la passion d’entrepreneurs. Beaucoup de gens ont simplement fait fortune en suivant la direction qu’indiquaient leur cœur et leur intuition, sans nécessairement avoir voulu absolument faire beaucoup d’argent au début de leur aventure. 

Facebook a ainsi mis des années avant d’être monétisé et Mark Zuckerberg est devenu très riche le jour où sa société est entrée en bourse, pas avant. Instagram a été racheté par Facebook pour près d’1 milliard de dollars alors même que l’application ne faisait aucun chiffre d’affaires. Twitter génère de beaux revenus mais ce réseau social n’a encore jamais été très rentable.

vivre de son site internet_instagram

Vivre de son site internet : comment le produit va-t-il être fabriqué ?

.

Une fois que le produit a été élaboré et conçu, il faut le fabriquer. C’est une étape clé dans l’ensemble du process.

Cela aura notamment son importance au niveau de :

  • La qualité : un produit fabriqué en Chine, ce n’est pas la même chose qu’un produit fabriqué en France
  • L’image : un produit made in China, c’est moins vendeur qu’un produit made in France
  • Le prix : un produit fabriqué en masse à Taiwan devrait être moins cher
  • La marge : en fonction du coût unitaire, du prix du marché, de la tolérance du marché au prix et du volume de ventes escompté, les différences de revenus seront notables

Beaucoup de gens souhaitent réaliser leur sourcing en Asie. Le fait est que les objets de petite taille fabriqués en masse et pouvant être transités par milliers dans des containers (briquets, stylos, montres, etc) depuis l’Asie présentent généralement des prix défiant toute concurrence. La question ne se pose pas pour la fabrication de pneus et de voitures, par exemple, secteurs industriels encore peu touchés par les phénomènes de délocalisation.

Lorsqu’il est décidé de réaliser son sourcing en Asie, beaucoup d’entrepreneurs ont peur de faire affaire avec les mauvaises personnes. Le risque, c’est de payer une somme d’argent ou un acompte pour une marchandise qui n’existe pas et qui ne sera jamais livrée. Dans ce cas là, non seulement il devient impossible de vivre de son site internet, mais il faudra en plus devoir beaucoup d’argent à ses créanciers, avant même d’avoir pu vendre quoique ce soit. 

Pour remédier à ce risque financier réel, il existe un site internet permettant de trouver les meilleurs fournisseurs présentant les meilleures garanties : www.alibaba.com. Grâce à Alibaba, vous pouvez choisir la société qui fabriquera et livrera le produit que vous souhaitez commercialiser sur votre site internet tout en minimisant les risques liés au sourcing. Chaque fournisseur dispose de différentes notes et annotations, ce qui permet de savoir peu ou prou avec qui on va faire du business.

vivre de son site internet_alibaba

.

Vivre de son site internet : comment créer un site web ?

.

Il y a encore quelques années, vouloir créer un site internet vous aurait conduit(e) à être obligé(e) d’entendre une multitude d’explications très techniques. Aujourd’hui les choses ont changé. Concevoir une boutique en ligne pour vivre de son site internet est devenu chose aisée. 

En matière de technologies, certaines solutions commercialisées il y a quelques années plusieurs dizaines de milliers d’euros dans le BtoB sont aujourd’hui fournies gratuitement. La manière avec laquelle on fait aujourd’hui un site internet s’apparente de plus en plus à la manière avec laquelle on fait une présentation PowerPoint sophistiquée : principalement avec la souris et de moins en moins avec des macros et des modules de programmation de type Visual Basic.

En matière de conception de site internet, il existe aujourd’hui des solutions libres de droit qui permettent de réaliser de très beaux sites internet techniquement très performants :

♦  WordPress

♦  Joomla

♦  Drupal

♦  Magento

♦  Prestashop

♦  Shopify

.

Si nous prenons l’exemple de WordPress, on peut en quelques clics :

  • Choisir un design de qualité pour son site internet
  • Créer les premières pages et l’ergonomie globale du site
  • Obtenir  les données et les statistiques principales de son site via les Google Analytics ou le tableau de bord JetPack de WordPress
  • Installer le module SEO de la Team Yoast pour assurer un référencement naturel optimal

.

Mais également :

  • Ajouter WooCommerce pour transformer son site internet en une boutique en ligne parfaitement opérationnelle, comprenant une solution globale pour la gestion des stocks, la relance des paniers abandonnés, l’émission et l’envoi automatisés des factures
  • Placer le bouton PayPal pour le paiement
  • Acheter Visual Composer pour quelques dizaines d’euro et formater et désigner son site internet sans avoir à faire appel aux services d’un développeur web
  • Mettre en place tous les programmes pour sécuriser le site, assurer sa performance et faire des sauvegardes automatiques
  • Installer le plugin WPtouch qui permet de rendre le site internet mobile friendly et donc également Google friendly

vivre de son site internet_wordpress

WordPress est un CMS qui permet de créer des sites internet gratuitement avec des niveaux de performance hors du commun. Associé à WooCommerce, il permet de créer un site eCommerce en quelques clics.

.

Toute révolution est un accélérateur de l’histoire. Et la révolution internet a réussi à accélérer l’accès au savoir. Avec une plateforme telle que YouTube, il est aujourd’hui possible d’apprendre toutes les bases techniques de la conception et du développement d’un site internet. 

Il existe par exemple tout une série de tutoriels et de chaînes permettant tout un chacun d’apprendre à créer et gérer une base de données avec phpMyAdmin ou à transformer une maquette de format jpeg en un fichier html et css qui pourra être lu et traité par l’ensemble des serveurs et des navigateurs.

En matière de design, la qualité des images est primordiale. Outre l’indétrônable Photoshop, des solutions intermédiaires et de très grande qualité existent :

♦  Pixlr : il s’agit d’un outil libre de droit très performant, très utile pour tous ceux qui souhaiteront se passer de la licence Prestashop

♦  Canva : si vous ne souhaitez pas faire appel aux services d’un webdesigner, vous pouvez désigner vous-même vos graphiques et vos illustrations grâce à cet outil

Bien entendu, pour créer un site internet, on peut également tout simplement faire appel à une agence web, un webmaster ou un développeur web.

 

Les outils de promotion pour vivre de son site internet 

.

Une fois le site mis en ligne et le produit à commercialiser fin prêt, pour pouvoir vivre de son site internet, il faut le promouvoir. Il existe les méthodes traditionnelles en termes de communication, souvent très couteuses :

  • Spots TV & cinéma & radio
  • Publicités dans les journaux et les magazines
  • Salons, foires et expositions
  • Actions RP
  • Marketing direct
  • CRM
  • Promotion & PLV
  • Parrainage, mécénat
  • Affichage bus, métro, panneaux publicitaires
  • Prospectus, street marketing, car flyers

.

Il existe les outils webmarketing, généralement moins couteux :

  • Les réseaux sociaux et tout particulièrement Facebook et Twitter
  • Le content marketing et le blogging
  • Le référencement naturel (SEO)
  • Les articles sponsorisés
  • Le native advertising
  • Google Adwords
  • Les webinars
  • L’affiliation
  • L’emailing
  • L’écriture d’un eBook

vivre de son site internet_ebook

.

Vivre de son site internet est une tâche ardue. L’erreur serait de vouloir être présent sur l’ensemble de ces canaux, de vouloir être partout. Idéalement, il faudrait tester chaque canal et parvenir à déterminer celui ou ceux qui seront davantage porteurs de business. Certaines marques doivent par exemple leur essor à un emballement spectaculaire de la presse et des médias. 

Quand les journalistes se mettent à adorer un produit, ils se mettent tous à en parler de façon simultanée. Si cette chance devait vous arriver, la priorité serait de mettre en place une structure solide en termes de RP capable de gérer cet engouement et de surfer sur la vague naturellement créée par de très nombreux rédacteurs, sans que vous ne leur ayez demandé quoique ce soit. 

C’est un peu ce qui est arrivé à Instagram. Il existe un très grand nombre d’applications dans le domaine de la photographie. Pour diverses raisons, Instagram a remporté la palme de l’engouement médiatique avec une multitude de fans, de journalistes et de stars faisant naturellement et gratuitement la promotion de cette application.

vivre de son site web_presse

En matière de community management, il serait également une grossière erreur de vouloir être présent sur tous les réseaux sociaux. Il vaut mieux tester le ou les quelques réseaux sociaux qui vont permettre à une marque de prendre son essor. Un bloggeur mondialement connu dans le domaine du webmarketing tel que Jeff Bullas explique par exemple qu’il a utilisé principalement Facebook et Twitter pour asseoir sa notoriété à l’échelle planétaire. 

Une solution qui a actuellement le vent en poupe est l’investissement dans le native advertising tel que les publicités Facebook. Le gros avantage de ces nouvelles solutions est que vous pouvez diffuser des messages à grande échelle auprès d’une population très ciblée, en fonction de différents critères et mots clés. 

Le problème des supports de communication de masse traditionnels, c’est qu’il est difficile de créer et diffuser un message très différencié à une cible très spécifique. On ne sait jamais vraiment qui est derrière le poste de télévision. 

Concernant le native advertising, ce problème est minimisé. Des publicités Facebook ou YouTube ventant les solutions musicales commercialisées sur un site de guitare en ligne pourront être principalement diffusées à la bonne audience, c’est-à-dire ceux qui jouent de la guitare. A contrario, les publicités Audika diffusées à la télé sont surtout vues par des gens qui n’ont absolument aucun problème d’audition.

 

Monétiser pour vivre de son site internet

.
Le nerf de la guerre, c’est l’argent. Et la règle d’or, pour pouvoir vivre de son site internet, c’est : monétiser, monétiser et monétiser. Nombreux sont ceux qui créent un site internet et sont finalement déçus pour la simple et bonne raison … qu’il ne se passe absolument rien sur le site qu’ils ont créé : peu de visites, aucun email, aucun appel téléphonique ou demande d’information et surtout … aucuns revenus. 

Ce type de situation est un grand classique, c’est l’une des raisons pour laquelle plus de 90% des créateurs d’entreprise finissent par abandonner. Tout entrepreneur sait que la frontière entre le succès et l’échec est aussi fine que l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette. Un site internet qui finit par générer de beaux revenus avec constance est généralement le fruit d’un écosystème sophistiqué où des ingrédients ont été savamment sélectionnés, dosés et arrangés ensemble. 

Pour réussir à vivre de son site internet, le résultat peut se faire attendre comme il peut être immédiat. Le plus important est de se demander ce qui va démultiplier les revenus. Il faut analyser son tunnel de conversion avec la plus grande précision : quel volume de visites (le trafic) pourra générer suffisamment de prospects ; quel taux de conversion peut-on espérer lors de la transformation de prospects en clients et en contrats ; quel volume de chiffre d’affaires et de revenus peut être escompté.

Il existe différentes méthodes webmarketing pour optimiser et faciliter la monétisation d’un site internet. Le retargeting en est une. Le remarketing en est une autre. Par ailleurs, il faut savoir que beaucoup d’internautes mettent un produit dans le panier mais ne concrétisent finalement pas leur achat. C’est normal. Mais si leur nombre est important, il est capital de relancer ces gens pour qu’ils finalisent leur achat. 

Les études montrent que les internautes ne sont pas gênés par ce type de relance, bien au contraire. Beaucoup effectuent finalement leur achat suite à un email de relance. Un argument supplémentaire en faveur des actions de relance est que statistiquement, il faut en moyenne 7 expositions à un produit avant que celui-ci ne soit acheté. Un email de relance fera donc partie de ces 7 expositions et aidera à la concrétisation d’une vente lorsqu’un produit aura été mis dans le panier.

vivre de son site ecommerce-cart

Une autre méthode consiste à optimiser son tunnel de conversion pour faciliter la vente : retirer toute information superflue, désigner et placer des boutons call-to-action attrayants, permettre au client d’acheter sans avoir à créer de compte. 

Ce dernier point par exemple est très important car les statistiques montrent que plus de 20% des internautes disent ne pas avoir procédé à un achat à cause de l’obligation de créer un compte client sur le site internet où ils avaient l’intention de faire leur acquisition. 

Idéalement, il faut donc mettre en place un processus dit de commande invitée, c’est-à-dire donner la possibilité pour toute personne d’acheter directement sans avoir à créer un compte client – et donc sans avoir à donner tout une série d’informations telles que l’adresse postale, le numéro de téléphone, l’e-mail, etc. La SNCF a parfaitement intégré ce principe de base : 

vivre de sa boutique en ligne

Pour réussir à vivre de son site internet, il est également capital de pouvoir bénéficier de données fiables sur la qualité des visites effectuées et de l’affluence. Il faut prendre le temps nécessaire pour bien comprendre ce qu’il s’y passe. Le problème peut venir du fait d’une affluence trop faible.

Dans ce cas là, il faut déployer les actions nécessaires pour générer un flux constant de visiteurs vers le site, telles que le blogging ou la rédaction d’articles par exemple. Le problème peut venir d’une page en particulier. Si de nombreux visiteurs vont jusqu’à la page panier sans procéder à une commande, c’est qu’a priori le produit est bon mais qu’il y un problème à la page panier. 

Idem si le blocage a lieu à la page d’après, à la page commande.

Si le site bénéficie de nombreuses visites mais qu’aucun produit n’est mis dans le panier, c’est qu’il y a alors a priori des ajustements à effectuer à la page produit.

L’une des solutions consiste également à déterminer ce qui pourrait déclencher la monétisation. De nombreuses personnes ont eu un succès phénoménal sur internet en commençant pas suivre leur passion. Ce n’est qu’après qu’ils ont eu l’idée de la manne financière que leur succès pourrait représenter. On pourrait citer par exemple de célèbres YouTubers qui sont devenus en l’espace de quelques années de véritables stars du monde numérique. 

Citons Assaf Levavy dont les cours de guitare ont été visionnés par plus de … 29 millions de personnes dans le monde ! Une quantité astronomique de visites est ainsi créée de sa chaîne YouTube vers son site internet LickNRiff : www.licknriff.com.

vivre de son site internet_exemple

vivre de son site internet_youtube

Un tel trafic se monétise très facilement. Notamment avec de la vente d’espaces publicitaires. On peut alors plus que correctement vivre de son site internet. Avec des solutions telles que Google AdSense, on peut récolter plusieurs milliers d’euros par mois, avec un site internet générant autant de visites. Et en quelques clics uniquement. 

Audience devient alors finance. Malgré le fait que, si on l’analyse bien, le site internet d’Assaf Levavy soit des plus rudimentaires : une page pour l’accueil, une page sur lui, une page pour les cours de guitare et des encadrés pour les espaces publicitaires. 

C’est tout. 

Bravo.

.


Cet article vous a donné de nombreuses indications pour vivre de votre site internet. Si vous n’êtes pas familier avec les stratégies numériques, le marketing digital et les nouvelles technologies, n’hésitez pas à solliciter notre aide en prenant contact avec nous.


.