• 8 conseils pour améliorer la performance d’un site internet •

 

Un site internet doit apparaître rapidement à l’écran de tout internaute. Cela peut paraître évident mais beaucoup de plateformes numériques, de nos jours, présentent une déficience patente au niveau du temps de téléchargement. Cela peut paraître d’autant plus étonnant qu’il existe aujourd’hui des solutions libres de droit permettant de vérifier la performance d’un site internet, telles que GTmetrix et Dareboost.

Le temps de téléchargement est un élément capital dans la réussite globale d’une plateforme numérique : sites marchands, blogs, forums, etc. Et ceci à bien des égards. Les internautes, tout comme les téléspectateurs, ont un comportement de zappeur. Et un site internet qui n’apparaît pas rapidement à l’écran, c’est comme un film auquel on n’accroche pas d’emblée : on passe instantanément à autre chose.

En matière de numérique, on estime que la moyenne du temps de téléchargement d’un site internet sur la toile est de 6,1 secondes. C’est un chiffre qui veut tout et rien dire en sachant qu’il existe environ 1 milliard de sites internet, parmi lesquels 200 millions seraient de vrais sites internet (et pas uniquement des noms de domaine).

6,1 secondes est une moyenne. Ce chiffre ne devrait en aucun cas constituer un objectif de performance. Car aujourd’hui, les internautes attendent d’un site internet qu’il se télécharge en moins de 3 secondes. Au delà de 3 secondes, 40% des internautes quittent la page.

La performance d’un site internet a également son importance en termes de référencement naturel (SEO). Google donne en effet la priorité aux sites web qui présentent les meilleures performances en termes de temps de téléchargement. Ce n’est bien évidemment pas le seul critère de référence en termes de SEO. Mais c’est un critère très important.


Lire à ce sujet l’article > Référencement naturel : 43 conseils et critères SEO expliqués en une seule phrase


Enfin, et pour des raisons évidentes, un site performant affichera des niveaux de taux de conversion également plus performants. L’impact sur les ventes est donc très important.

.

Vous avez un site qui rame ? Voici 8 conseils pour améliorer la performance de votre plateforme numérique.

.

1. Sélectionner dès le départ la technologie adéquate

.

De même qu’il existe des technologies dites « SEO friendly », il existe des technologies plus ou moins adaptées à la célérité qu’un site internet se doit d’avoir. On peut partir aujourd’hui du principe que les CMS de référence sont « Perfomance friendly », même si ce n’est pas un critère suffisant, comme expliqué ci-après dans cet article. Certains sites internet utilisant des CMS de qualité rament en effet sérieusement.

Mais nous pouvons partir du principe que l’utilisation de CMS de référence présente un bon postulat pour bâtir une plateforme numérique performante, techniquement parlant :

> WordPress

> Joomla!

> Drupal

> Magento

> Prestashop

> Shopify

.

Les technologies de référence utilisées par les développeurs web sont également parfaitement adaptées (Ruby on rails, Symfony, etc). Le niveau de performance obtenu dépendra alors principalement de la qualité du travail des développeurs web responsables du projet – mais également des objectifs des organisations portant le projet. 

Le temps de téléchargement d’un site internet est en effet une priorité parmi bien d’autres pour une société : présentation réussie des nouveautés produits, animations de vente réussies dont la vocation est d’augmenter au maximum le taux de conversion et les ventes, icônes des réseaux sociaux bien visibles pour augmenter drastiquement le nombre de followers, apparition de pop-ups et formulaires de contact pour démultiplier la récolte des emails en vue de prochaines campagnes d’eNewsletters, etc.

.

Concernant les bases de données d’un site internet, elles sont très importantes car elles servent à stocker des données telles que les commentaires sur un blog ou les anciennes versions d’articles, entre autres. Il est très important d’administrer comme il faut la base de données d’un site web. 

Un outil tel que phpMyAdmin permet d’ordonner correctement toutes les tables qui composent une base de données. Si votre site internet est propulsé par le CMS WordPress, vous pouvez utiliser le plugin WP Optimize qui permet, comme son nom l’indique, d’optimiser une base de données WordPress.

.

Enfin, il est très important de vérifier si votre site internet est bien adapté à l’ensemble des navigateurs, très nombreux sur le marché : Google Chrome, Mozilla FireFox, Internet Explorer, Safari, Opera. Il existe des solutions technologiques qui vous permettront de vous mettre à la place des internautes, en fonction des navigateurs qu’ils utilisent, c’est-à-dire de tester votre site internet sur chaque type de navigateur pour voir le résultat à l’écran.

Si vous réalisez ce type de tests, il est très important de vérifier l’ancienneté et la version du navigateur utilisé. En fonction des mises à jour, le résultat à l’écran peut être vraiment très différent.

.

2. Bien gérer les fichiers du CMS, du template, des plugins et des widgets

.

Un site internet est un ensemble de fichiers. Tous les fichiers doivent être parfaitement corrélés pour assurer un niveau de performance optimal du site.

Si vous utilisez par exemple un CMS tel que WordPress, celui-ci pourra reposer sur les fondations suivantes :

> Les fichiers WordPress, c’est-à-dire le socle du site (si possible avec la toute dernière mise à jour).

> Les fichiers du template du site internet, c’est-à-dire les fichiers qui déterminent le désign général du site, celui-ci pouvant être conçu soit par l’équipe WordPress (la société Automattic) soit par une équipe de développeurs externes à WordPress.

> Les plugins, c’est-à-dire l’ensemble des fichiers supplémentaires devant ajouter au site une série de modules et de fonctions (WooCommerce, par exemple, si vous souhaitez transformer votre site internet WordPress en un site eCommerce).

> Tout fichier ou module supplémentaire créé par un développeur ou une équipe de développeurs web qui, soit modifieront des fichiers existants, soit ajouteront de nouveaux fichiers.

Le tout doit être cohérent et contribuer à la performance du site internet. Si vous utilisez WordPress pour votre site internet, un plugin permet de tester et vérifier l’influence sur la performance que chacun des plugins utilisés peut avoir sur votre site internet : P3 (Plugin Performance Profile).

.

Le plugin WordPress P3,

idéal pour vérifier la contribution

à la performance

de tout plugin WordPress

p3

.

Une fois installé, le plugin vous permet d’analyser en quelques clics quels sont les plugins qui nuisent à la performance de votre site internet.

.

3. Ordonner le CSS et les fichiers du site 

.

Le CSS est ce qui permet, sur un site internet, d’apporter des modifications au webdesign. De façon générale, et idéalement, il faut ordonner les fichiers en fonction de l’ordre d’apparition qu’un site internet se doit d’avoir.

Le plus important, c’est qu’un site internet apparaisse rapidement à l’écran. Certains éléments de design peuvent tout à fait apparaître après. Cette structuration permet d’implémenter des étapes logiques grâce auxquelles chacun des éléments d’un site internet se mettent en place harmonieusement, logiquement et efficacement.

L’un des moyens de vérifier ces différentes étapes est d’utiliser les modules « Timeline » de GTmetrix ou Dareboost qui permettent d’analyser précisément ce qui se passe exactement sur votre site internet, au millième de seconde près, fichier après fichier.

.

Un exemple d’une timeline Dareboost

timeline

.

Ces outils sont très utiles dans le cas de gros problèmes de lourdeurs sur certains sites internet car ils permettent de voir exactement où se situe le problème lors du téléchargement du site. Une fois le ou les fichiers qui posent problème détectés, il suffit alors de les réordonner comme il faut, en plaçant par exemple les fichiers qui impactent négativement la performance du site à la fin plutôt qu’au début. 

C’est une hypothèse de travail parmi d’autres. Le problème peut aussi provenir d’un module trop lourd qu’il faut simplement remplacer par un autre, certains éléments en Javascript peuvent présenter un frein à la célérité du site, un plugin installé pour les réseaux sociaux peut alourdir l’ensemble, etc.

Il faudra prioriser.

.

4. Gérer correctement les images, les vidéos, les icônes des réseaux sociaux, les bannières

.

La taille des images joue un rôle très important dans le temps de téléchargement d’une page web ou d’un article. Si vous utilisez un site propulsé par WordPress, il existe de nombreux plugins permettant d’optimiser les images de votre site internet. Citons par exemple :

> Smush.it

> WP Smush

> EWW Image Optimizer

> WP Smush

.

Concernant les images, il faudrait idéalement ne pas surcharger une page web avec trop d’illustrations, infographies, contenus marketing, etc. Sachez par exemple que si les commentaires sont nombreux sur un article de votre blog, chaque avatar ou image d’une personne laissant un commentaire sera un fichier supplémentaire que votre site internet devra prendre en charge.

Vous pouvez ainsi prendre la décision, pour alléger votre site internet, de paramétrer les commentaires des articles sans avatar ni image. C’est par exemple le choix pour lequel a opté Neil Patel sur ses blogs de webmarketing, neilpatel.com et quicksprout.com, dont les articles reçoivent parfois des dizaines et des dizaines de commentaires.

.

Si vous souhaitez, pour une raison ou une autre, avoir de nombreuses photos sur une page web, vous pouvez utiliser le plugin Lazy Load qui permet de faire apparaître des images uniquement lorsque leur apparition est nécessaire lors de la navigation des internautes (les images sont alors téléchargées uniquement lorsque c’est nécessaire).

.

Enfin, concernant les images, privilégiez les formats JPG, PNG et GIF.

.

En termes de content marketing, l’utilisation des vidéos est très à la mode. Une technique simple consiste à utiliser la fonction « embed » disponible sur la plupart des réseaux sociaux, très pratique pour à la fois intégrer des vidéos mais aussi des images, des posts ou des tweets.

.

Ici un exemple d’intégration (ou « embed ») avec un tweet 

embed

.

Cependant, l’ajout de trop nombreuses vidéos sur une même page web peut nuire à la performance technique de celle-ci. Pour pallier le problème, une solution consiste non pas à intégrer un ensemble de vidéos sur une page mais à créer des liens hypertextes pointant vers une plateforme dédiée, telle que Vimeo par exemple.

.

Même si ça n’en a pas l’air, les boutons des réseaux sociaux sont une question très stratégique sur un site internet. Car ils sont souvent paramétrés avec du Javascript. Cela peut nuire à la performance du site. Il faudra choisir entre privilégier :

> une stratégie social media

> ou une stratégie SEO.

Mais on peut dire que ces critères, même s’ils entreront en compte dans la pondération finale du classement Google, restent tout de même secondaire dans le résultat final de la performance d’un site internet.

.

Sur le même principe, trop de bannières seront nuisibles à la performance du site. Il faudra choisir entre solutions de monétisation et optimisation de référencement naturel (SEO).

.

5. Choisir un bon hébergement web

.

La qualité de l’hébergement web est, pour des raisons évidentes, un facteur clé de succès de la performance d’un site internet. On peut partir du principe que vous prendrez peu de risques en utilisant les hébergeurs de référence sur le marché. Citons par exemple :

> HostGator

> Bluehost

> OVH

S’il s’avérait que votre site internet souffre tout de même de quelque déficience au niveau de la performance, vous pouvez opter pour un serveur dédié ou un VPS auprès de cet hébergeur. Quelque soit l’option choisie, les hébergeurs de référence disposent d’équipes après-vente très efficaces qui répondent généralement dans la journée – en tout cas en 24h.

.

6. Mettre en place un CDN

.

Un site internet est basiquement composé de fichiers. Ceux-ci sont déposés sur un serveur chez un hébergeur. Si le serveur de votre hébergeur se trouve loin de votre marché cible, il se peut que cela prenne un peu de temps avant qu’ils n’arrivent dans le navigateur des internautes qui représentent votre cœur de marché.

Prenons l’exemple d’un site internet hébergé, techniquement parlant, chez HostGator à Houston aux Etats-Unis mais dont le marché, d’un point de vue marketing, se trouve en Europe. Cela pourrait nuire à la performance technique de votre site internet. Pour pallier le problème, vous pouvez utiliser ce qui s’appelle dans le jargon un CDN (Content Delivery Network).

Les fichiers seront alors stockés sur un serveur plus proche des internautes qui représentent votre cœur de marché.

.

7. Paramétrer correctement les plugins de mise en cache

.

Les navigateurs peuvent mettre en cache les informations d’un page web d’un site internet. Cela signifie concrètement que chaque page ne doit pas être systématiquement téléchargée à chaque fois de zéro lors de la navigation d’un internaute.

Si vous utilisez un site WordPress, il existe des plugins WordPress très performants pour réaliser cette mise en cache. Citons par exemple W3 Total Cache et WP Super Cache.

.

8. Optimiser le poids du site internet

.

De façon générale, il est plus que recommandé de simplifier plutôt que de compléxifier.

Si votre site internet est propulsé par WordPress, il faudra judicieusement choisir vos plugins et vos widgets en fonction de vos priorités, de votre mix numérique et de votre marketing.

La liste des plugins WordPress est très longue. Une erreur fondamentale serait d’ajouter le plus de plugins possibles, ce qui aurait comme résultat une plateforme numérique très difficile à gérer. En tout cas avec un niveau de performance plus que dommageable.

.

Plus vous ajouterez des plugins et des widgets, plus vous ajouterez de la lourdeur.

C’est le principe du contenu et du contenant.

Plus vous ajouterez des modules, plus vous allez allourdir votre site internet.

.

Plus vous ajouterez des plugins, plus votre site internet ressemblera à un poids lourd.

Mais si vous sélectionnez quelques technologies, et qui plus est les meilleures, votre site internet ressemblera à une voiture de Formule 1.

C’est très simple.

.


Vous savez maintenant comment optimiser la performance de votre site internet. Si vous n’êtes pas familier avec les informations fournies dans cet article, n’hésitez pas à solliciter mes conseils en prenant contact avec moi.


.